Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Texas bannit l'installation de Vista de son administration ...

Publié le par Béatrice

Si le lancement de Vista s’est fait dans la douleur pour Microsoft, la sortie du Service Pack 1 puis de multiples mises à jour ont quand même permis à la situation de se détendre. Si les entreprises se montrent encore frileuses à cause d’un contexte économique dégradé, beaucoup se posent encore surtout la question : quels seront les avantages réels d’une migration ? L’état fédéral du Texas est même allé plus loin en indiquant que le système ne devait pas être installé dans les instances officielles.
C’est le sénateur démocrate Juan Hinojosa qui avait proposé le texte en faisant état des « très nombreux rapports de problèmes avec Vista ». Durant une session du comité sénatorial des finances, Hinojosa a expliqué que ce n’était en aucun cas une forme de blocage envers Microsoft, mais « les problèmes avec ce système en particulier sont connus dans toute la nation ».
Le plus étonnant dans la décision est qu’elle arrive alors que le système fêtera bientôt ses deux ans et demi d’existence. Le Service Pack 1 avait amélioré les choses, tandis que d’autres mises à jour avaient corrigé divers problèmes, sans même parler de l’arrivée imminente du Service Pack 2 (durant le mois). Microsoft a d’ailleurs réagi sur le sujet et a indiqué, via une porte-parole qu’il était regrettable qu’un tel manque d’équité soit dirigé vers un de ses produits.
Jusqu’à nouvel ordre, l’ensemble de l’administration du Texas restera donc sur Windows XP, ce dernier remplissant déjà tous les besoins exprimés. Il reste possible dans l’absolu que des postes soient migrés vers Vista ou que des machines sous Vista soient commandées, mais une autorisation spécifique devra être demandée.
L’administration texane compte 137 500 PC et 1500 Mac. La très grande majorité des postes fonctionnent donc sous Windows. Plusieurs sénateurs avaient soulevé au comité des finances que la décision était dangereusement spécifique à un vendeur unique, et qu’elle pourrait établir un précédent dangereux pour l’avenir. Mais Juan Hinojosa avait répliqué que c’était la situation de monopole de Microsoft sur les machines du gouvernement qui en expliquait l’essence.

Commenter cet article